La Fondation Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante EFA a libéré, en cette fin d’année, un montant de 1,4 million de francs en faveur de 23 proches survivants de victimes de l’amiante. Pour augmenter son capital, la fondation EFA lance un appel urgent à l’économie et à l’industrie afin d’obtenir d’autres dons.

 Lors de sa dernière réunion, le Conseil de fondation a donné le feu vert pour le versement d’indemnités à un cercle élargi de bénéficiaires. Dès maintenant, les personnes atteintes de mésothéliome (ou leurs proches) dont la pathologie est reconnue comme maladie professionnelle par la loi fédérale sur l’assurance-accidents (LAA) seront également indemnisées.

Soutien à davantage de personnes touchées

Avec ce changement, le Conseil de fondation élargit le cercle des bénéficiaires potentiels. Jusqu’à présent, ce sont principalement les personnes atteintes d’un mésothéliome dont la pathologie n’était pas reconnue comme une maladie professionnelle qui avaient le droit à une indemnisation. Grâce à l’élargissement du cercle des bénéficiaires, 23 proches survivants de victimes de l’amiante seront informés par écrit dans les prochains jours et recevront une indemnité d’un montant total de 1,4 million de francs.

Depuis la création de la fondation en mars 2017, 33 demandes de victimes (ou de leurs proches) ont également été approuvées pour des personnes touchées dont le mésothéliome malin n’est pas dû à leur cadre professionnel. Le montant de l’indemnisation pour ces demandes s’élève à ce jour à 4,4 millions de francs. Quinze requêtes supplémentaires de ce type sont actuellement en phase d’évaluation. Le centre de service les analyse et les évalue selon un processus spécifique et les directives correspondantes. La décision finale quant à l’indemnité relève d’une commission du Conseil de fondation.

Recherche intensifiée des personnes affectées

La mission de la Fondation EFA est d’établir une solution juste, en particulier pour les personnes dont le mésothéliome n’est pas reconnu comme maladie professionnelle par la LAA. Cela inclut les artisans amateurs ou les proches qui, par exemple, ont lavé des vêtements contaminés et n’ont donc pas été en contact avec de l’amiante dans un cadre professionnel.

« Nous souhaitons offrir aux victimes ou à leurs proches qui sont dans une situation très difficile une aide rapide et sans bureaucratie inutile. Pour répondre pleinement à cette demande, nous nous efforçons de générer des dons et d’atteindre les personnes concernées qui ont droit à une indemnisation », explique Urs Berger, président du Conseil de fondation. Au cours de cette année, par exemple, la coopération a été renforcée avec les Ligues pulmonaires des cantons de Zurich, Vaud et du Tessin. Dans le cadre de centres de soins gratuits, des spécialistes qualifiés renseignent par téléphone ou lors d’un entretien, les personnes touchées, leurs proches et toute autre personne intéressée par les questions relatives aux maladies causées par l’amiante.

Economie et industrie face à leur responsabilité

La Fondation EFA a été créée avec un capital de départ de 6 millions de francs. Afin de pouvoir aider le plus grand nombre possible de personnes touchées, elle a urgemment besoin de dons supplémentaires. Si la Fondation fonctionne jusqu’en 2025, il lui faudra encore plus de 100 millions de francs pour remplir sa mission. « L’économie et l’industrie ont la responsabilité sociale d’apporter leur contribution », poursuit Urs Berger. « C’est une course contre la montre. Une fois que la maladie s’est déclarée, les personnes touchées décèdent généralement dans un délai d’un à deux ans. Nous voulons que ces personnes reçoivent une reconnaissance et une juste compensation de leur vivant. »

En outre, le délai de prescription absolu prévu par le Code suisse des obligations pour les prétentions contractuelles et extracontractuelles en matière de dommages corporels a été porté de 10 à 20 ans au mois de juin de cette année. Urs Berger souligne : « Nous comptons sur l’économie et l’industrie pour qu’elles joignent le geste à la parole ».

 

Pour tout renseignement :  

Service de presse Fondation EFA, 078 801 99 99, medien@stiftung-efa.ch

A propos de la fondation EFA

 Chaque année en Suisse, une tumeur maligne dans le péritoine ou la plèvre, c’est-à-dire un mésothéliome malin, se déclare chez près de 120 personnes. Ceci est dû au fait qu’à un certain moment, elles ont inhalé une quantité de fibres d’amiante dangereuses pour la santé.

La Fondation Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (EFA) a été créée le 28 mars 2017 avec un capital de départ de 6 millions de francs. Son objectif est de proposer aux victimes de l’amiante et à leurs proches une aide rapide et juste, sans bureaucratie inutile. Le Conseil de fondation regroupe des représentants d’associations et d’entreprises qui financent la fondation, ainsi que des représentants des victimes de l’amiante et des syndicats. La fondation est présidée par Urs Berger.